Auteur : | Catégorie : Circulation |

Alimentation, sport et repos intégrés au quotidien du transport

Le fait de mener une vie saine dépend souvent de son activité professionnelle. Rester en bonne santé est un véritable challenge pour les routiers. Le fait de rester assis longtemps et d’avoir des tranches horaires toujours différentes laisse place au stress, à la solitude, la peur, etc. Ce ne sont pas les meilleurs présupposés pour rester en bonne santé. De plus en plus d’entrepreneurs le reconnaissent : la qualité de vie des chauffeurs-routiers doit s’améliorer. Cela en vaut la peine !

fotoJoseVicente-225x300Le constat est clair : les conditions de travail ont un impact sur la santé des salariés. Et une bonne santé facilite les prestations professionnelles de qualité ! Les conditions de travail d’un routier ne sont pas toujours idéales : des vibrations permanentes, le bruit, les tranches horaires variables, le manque de calme, les repas irréguliers, la station assise prolongée lors de longs trajets, etc. Et la liste est longue ! L’environnement de travail n’est pas sain : le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de soufre et d’autres gaz nocifs sont inhalés. Les activités professionnelles au bureau et leurs conditions ne sont pas les mêmes.

Entrepreneurs et salariés doivent unir leurs forces.

Chacun peut, bien entendu, modifier son style de vie, alimentation ou faire plus de sport. De nombreuses enquêtes prouvent que les chauffeurs-routiers me savent pas qu’à l’aide de petites modifications on peut déjà changer un certain nombre de choses ! C’est à ce moment-là que les entreprises peuvent intervenir. Elles donnent de plus en plus de conseils à leurs salariés en matière d’alimentation, d’activités sportives, contrôle du poids ou rythme de sommeil. Certains entrepreneurs essaient même de modifier l’organisation du travail et son environnement afin d’influer sur ces points. L’introduction de pauses régulières et prolongées est une première mesure facilitant les repas et l’activité physique.

Ces mesures sont positives pour les salariés comme pour l’employeur ! Des congés maladie moins fréquents représentent également une économie considérable.

Beaucoup d’entreprises ont déjà franchi ce pas et s’intéressent de plus en plus à la santé de leurs salariés.