Auteur : | Catégorie : Bourse de fret, Technologie et Logistique |

Comment les bourses de fret facilitent le travail d’un responsable d’exploitation ?

Alain G., responsable d’exploitation au sein d’une PME de transport routier international nous explique comment évolue son métier :

Comment définissez-vous votre métier ?

« Je mets en œuvre les moyens techniques, humains, financiers et commerciaux pour assurer le bon déroulement des opérations de transport qui me sont confiées. Je participe à la conception des solutions de transport en fonction des engagements pris vis-à-vis des clients et coordonne leur mise en œuvre. J’ai une fonction d’encadrement du personnel de conduite et d’exploitation. J’ai également la charge de rechercher des sous-traitants et de coordonner leur activité. »

Quelles sont les principales évolutions du métier dans les dernières années ?

«Après quelques années en tant qu’affréteur, j’ai pris la responsabilité d’une agence régionale en tant que responsable de l’exploitation. Cela fait maintenant plus de vingt ans que j’exerce dans le secteur du transport routier. Les principales évolutions du métier ont porté sur la recherche d’une meilleure rentabilité et sur les outils informatiques utilisés, comme les bourses de fret et les TMS.

Quel sont les avantages de ces nouvelles technologies ?

« Ces nouveaux outils informatiques nous permettent de mieux contrôler les opérations, d’assurer leur rentabilité et d’optimiser leur productivité. Les bourses de fret nous assurent un meilleur remplissage des camions. On peut aussi y trouver des offres de véhicules quand notre flotte ne suffit pas à satisfaire nos propres clients. »

Avez-vous développé de nouvelles compétences ?
« De plus en plus souvent, les clients nous interrogent dans le cadre d’appels d’offres de transport. Il a donc fallu apprendre à répondre à ce type de demandes standardisées tout en mettant en avant nos atouts. Le métier a donc pris une dimension commerciale plus grande. C’est un nouveau challenge qui me permet d’ajouter un corde à mon arc !»



Laisser un commentaire