Author: | Category: Technologie et Logistique |

Les tracteurs faits mains d’autrefois avec les conducteurs un peu rudes était monnaie courante. Comme tous les domaines de la technique concernant les véhicules utilitaires, les lignes motrices ont également évolué. Les boîtes de vitesse automatiques et les semi-remorques se sont multipliés.

Mais la vitesse commutative reste encore un problème non élucidé. Même si un appareil automatique change de vitesse plus rapidement qu’un conducteur, il y a toujours des interruptions au moment du changement de vitesse.

Plus le changement est rapide, plus la conduite est facilitée. On le remarque à une vitesse plus élevée. Les premières vitesses restent activés durant quelques secondes. Les interruptions sont donc minimes.

Pour plus d’efficaité, Volvo a introduit la boîte de vitesses à double embrayage sans pertes occasionnées. Les changements de vitesse ne se font plus remarquer.

La vitesse, comme on peut le voir sur l’image ci-dessous, est composée de deux rapports provenant du même vilebrequin. Si un véhicule roule en douxième vitesse… La boîte de vitesses a actionné la douzième vitesse sur le premier train de transmission qui exerce un poids sur la sortie de transmission.

La onzième vitesse reste sur la deuxième chaîne cinématique non actionnée. Si l’on souhaite accélérer, l’embrayage peut être « caressé » en un centième de seconde afin de passer au deuxième train d’engrenage et sans même que le conducteur le remarque !

On ne peut actionner qu’une seule vitesse à la fois. Sauter une vitesse n’est pas indispensable avec une boîte de vitesses à double embrayage classique.

Un appui marqué sur l’accélérateur entraîne subitement une vitesse plus importante. C’est le seul moment durant lequel une interruption minime intervient.

Ce type de boîte de vitesses est révolutionnaire pour les véhicules utilitaires. Plus qu’une voiture, on a droit à un nombre important de vitesses pouvant être exploitées en partie par une voiture mais non pas par un véhicule utilitaire puisque celà entraînerait une consommation plus importante de carburant d’un litre minimum.

On peut prévoir l’introduction de ce système dans tous les types de véhicules durant les prochaines années. Même les véhicules de chantier pourraient être équipés d’une boîte automatique.

Le DGS représente la dernière étape dans le perfectionnement de la boîte automatique et sera disponible prochainement auprès d’autres producteurs de camions.



Laisser un commentaire