Auteur : | Catégorie : Technologie et Logistique |

L’amélioration du trafic combiné

En ce 1er juin 2016, après des années de planification et de nombreuses décisions, le grand jour est enfin arrivé : Le tunnel de base du Gotthard est officiellement inauguré au cœur des Alpes suisses ! Avec ses 56 978  mètres (tube Ouest; tube Est 57 091 mètres) le tunnel de base du Gotthard est le plus long tunnel ferroviaire au monde. Il entrera en service fin 2016, mais les premiers transports de passagers seront déjà effectués dans le cadre de la cérémonie du 1er  juin. Une grande fête populaire sera organisée avec de nombreux dirigeants européens pour fêter la fin du projet comme il se doit.

Pourquoi le nouveau tunnel est-il célébré par une cérémonie officielle ?

© AlpTransit Gotthard AGCe projet colossal des suisses au cœur des Alpes a été réalisé en 17 ans et le budget a été respecté dans une très large mesure. Ce tunnel doit réduire le trafic transalpin et l’empreinte écologique et transférer, comme il en a été décidé lors du référendum de 1994, le transport des marchandises de la route au rail. Ce tunnel de base aura des capacités plus élevées que le tunnel du Gotthard, les trains circuleront de façon plus fiable et les liaisons seront plus rapides. Le temps de trajet des voyageurs entre Zurich et Milan, en passant par le tunnel de base du Ceneri, sera raccourci d’environ une heure. Les marchandises pourront également être transportées plus rapidement et à une cadence plus élevée. En comparaison avec le tunnel du Gotthard, ce sont 260 trains qui traverseront le tunnel chaque jour au lieu des 180 habituels. Les trains d’une longueur de 740 m au lieu de 600 m peuvent transporter 2000 tonnes de marchandises, après les autres essais et tests réalisés, une charge de 4000 tonnes serait envisageable car le tunnel est moins escarpé : faibles dénivelés et aucun virage serré. Ce faible dénivelé à peine perceptible lui vaut le nom de « Flachbahn » (ligne sans déclivité) qui lui a été attribué par les experts.

Cette ligne sans déclivité garantit un trafic combiné optimal grâce à l’utilisation de trains plus longs et à la réduction du nombre de locomotives. Jusqu’à présent, il fallait attacher jusqu’à trois locomotives les unes aux autres pour faire rouler un train de 600 m de long. C’est un gain d’efficacité qui peut avoir un impact positif sur le transport de marchandises et l’économie européenne. Il est également envisageable que des entreprises ferroviaires plus petites entrent dans le trafic combiné avec un nombre inférieur de locomotives.

Les possibilités de la ligne

Grâce aux nouvelles mesures de construction, il sera donc possible de transporter un semi-remorque d’une hauteur de 4 m et d’une largeur de 2,6 m de Bâle jusqu’aux plus grands terminaux de transbordement de marchandises en Italie en passant par le Gotthard et Chiasso. Cela permettra de réduire l’empreinte écologique. « En bâtissant la nouvelle ligne du Saint-Gotthard, la Suisse réalise l’un des plus grands projets de protection de l’environnement d’Europe », promet Alp Transit Gotthard AG spécialement désignée comme maître d’ouvrage en tant que filiale des Chemins de fer fédéraux (CFF). « Il apporte une contribution majeure à la protection des Alpes. »

Les Alpes sont la plus grande chaîne de montagnes d’Europe et s’étendent sur huit pays : L’Allemagne, le Liechtenstein, l’Autriche, la Slovénie, l’Italie, la Suisse, Monaco et la France. Pour le transport de marchandises de l’Allemagne vers l’Italie, le passage par les Alpes est obligatoire, et en Suisse et en Italie certains sommets peuvent atteindre plus de 3000 m. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les chauffeurs de poids lourds tentent, dans la mesure du possible, d’éviter les Alpes car les dénivelés et les lacets les obligent à rouler très lentement et les cols sont souvent fermés en hiver. Les marchandises seront désormais transportées par rail, à une hauteur de 500 m au-dessus du niveau de la mer, avec 2000 m de roche au-dessus.

Chaque année, plus d’un million de poids lourds traversent la Suisse. L’impact pour l’environnement et les habitants est énorme. Même si le nombre de poids lourds traversant la Suisse a reculé suite à l’introduction de la « Redevance poids lourds proportionnelle aux prestations » (RPLP), il a augmenté dans d’autres pays. Les habitants et l’environnement des pays concernés sont pollués par les émissions et le bruit. Globalement, les autorités prévoient un doublement du volume du transport de marchandises dans les Alpes d’ici 2030. La réalisation du tunnel de base du Saint-Gotthard permet le transfert de 120 000 poids lourds par an de la route au rail. Les délais de transport seront également nettement réduits grâce au trafic combiné. Les experts estiment que les délais de transport pourraient être réduits d’une heure.

Le tunnel de base du Saint-Gotthard n’est pas le seul tunnel construit en Suisse. Dans le cadre de la « Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes » (NLFA), d’autres tunnels vont être construits à 500 m au-dessus du niveau de la mer. Le tunnel de base du Saint-Gotthard sera ainsi étendu de 20 km et rebaptisé tunnel de l’Axen. La construction débutera, au plus tôt, en 2030. Si le tunnel de base du Ceneri est en service en 2020, un transport sur rail entre la Mer du nord et la Mer Méditerranée sera possible. En Italie, les ports de Ligurie sont convoités par les investisseurs étrangers. L’aménagement de nombreux ports et terminaux intermodaux a déjà débuté. Il est en effet important que les voies d’accès en Allemagne et en Italie soient prêtes. Sinon personne ne profitera de la réalisation du tunnel de base du Saint-Gotthard.

Il faudra encore de nombreuses années avant que toutes les capacités du tunnel de base du Saint-Gotthard soient exploitées, mais une chose est sûre, dans les prochaines années, l’importance du tunnel sera évidente. Comme l’a dit le ministre suisse des Affaires étrangères : « C’est un ouvrage pour les générations futures. »