Auteur : | Catégorie : Circulation, Technologie et Logistique |

Le Brexit et les relations économiques européennesAlors que le récent vote au parlement britannique donne une majorité au parti conservateur favorable au Brexit, il est probable que le Royaume Uni sorte de l’Union Européenne au 31 janvier 2020. Par contre, cela n’implique pas une mise en œuvre immédiate d’un accord car de longues négociations commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni seront encore nécessaires.

Quid en cas de no-deal ?

L’incertitude règne encore sur la mise en œuvre du Brexit. Si la date de sortie de l’Union Européenne est annoncée au 31 janvier 2020, il reste encore à négocier un accord commercial qui encadrera la circulation des marchandises et des personnes entre le Royaume-Uni et les pays de l’Union Européenne. Dans un premier temps, un accord de transition sera mis en place jusqu’à fin 2020. Ce qui ne laissera que onze mois aux négociateurs pour se mettre d’accord sur leurs futures relations. En cas d’échec, ce sont les règles de l’OMC qui s’appliqueraient, avec tous les freins au commerce international  que cela comporte. Retour aux droits de douanes, aux impôts et taxes sur les marchandises, aux contrôles aux frontières, etc… : un cauchemar pour les entreprises importatrices ou exportatrices et leurs transporteurs.

Conséquences sur le E-commerce transmanche

Un récente étude indique que 70 % des consommateurs européens renonceraient à commander sur des sites de commerce en ligne britanniques si ceux-ci devenaient plus chers en raison du Brexit. En effet, des droits de douane et des taxes pourraient être applicables et les frais de livraison devraient aussi renchérir le prix des marchandises. De leur côté, 69 % des Britanniques arrêteraient leurs achats en ligne sur le continent européen. Des solutions existent pour payer en avance les droits et taxes et éviter des délais de livraison allongés liés aux formalités douanières. Il reste tout de même fort probable que les délais de livraison pour les colis seront plus longs que maintenant.

Anticipation et choix stratégique

Au cours des derniers mois, les autorités françaises, les chambres de commerce et les syndicats professionnels ont largement informé les chefs d’entreprise faisant du commerce avec le Royaume-Uni des mesures à anticiper pour faire face à un Brexit sans accord commercial. Reste que personne ne sait encore ce qui se passera réellement dans les prochains mois ou les prochaines années ! Suite du feuilleton Brexit au prochain numéro… !