Auteur : | Catégorie : Bourse de fret |

La plupart des camions fonctionnent au diesel. De nouvelles énergies peuvent s’y substituer. Le gaz, par exemple pourrait facilement le remplacer. De plus, les normes concernant les émissions de gaz sont devenues plus sévères. Cela a donc un impact sur les comportements.

feld

Le transport routier a fait beaucoup de progrès ces dernières années en matière de consommation d’énergie : les oxydes d’azote ainsi que les particules ont été réduits.

Beaucoup de moyens sont mis en place pour y remédier. Le gaz naturel par exemple est de plus en plus utilisé. On le nomme également biométhane (issus de déchets tels que des résidus agricoles par exemple).Cette resource fossile favorise une diminution des émissions jusqu’à 24% si l’on effectue une comparaison avec l’essence. «Seul le gaz permettra de rouler pendant des pics de pollution ou en cas d’interdiction», selon Pascal Megevand, transporteur et l’un des membres fondateurs du projet «Équilibre».

Le gaz naturel devrait continuer de se développer grâce à son faible impact sur l’environnement et le faible coût qu’il représente. Economie d’énergie et déplacements silencieux pour les livraisons de nuit par exemple font bon ménage. Pour le centre-ville, il existe via ce gaz une autonomie entre 300 et 400 kilomètres. C’est un marché encore de niche mais nécessaire, surtout pour le régional.

C’est la même thématique souvent abordée actuellement tournant autour de la réduction d’émissions de gaz. Les bourses de fret permettant d’éviter les déplacements à vide y contribuent fortement. Le leader européen en la matière est un bon exemple utilisée par de nombreuses entreprises. Ainsi, on optimise la place à pourvoir dans son camion mais on pense également à l’environnement.