Auteur : | Catégorie : Bourse de fret |

Depuis une semaine, la capitale de l’Hexagone se trouve dans un nuage de particules fines. L’air est irrespirable et les contours de la Tour Eiffel sont de plus en plus flous.Les mesures contre la pollution du gouvernement telles que des interdictions de circulation et l’usage du transport public gratuit devraient aider à y remédier. Ce phénomène est également connu dans les régions du Nord de la Loire.

Dès la mi-mars, la concentration de particules fines dans l’air parisien a augmenté considérablement. La Tour Eiffel n’est plus visible, le ciel est gris et on respire de plus en plus difficielement. Apparemment, le pic de pollution a été. A la fin de la semaine où le pic a eu lieu, les transports en commun étaient gratuits !
Avec cette offre spéciale ainsi que la circulation alternée, le gouvernement a essayé de réduire la pollution. Le 17 mars, seuls les véhicules avec une plaque d’immatriculation terminant par un nombre impair pouvaient circuler en ville.

Normalement, l’interdiction de circuler est une mesure bien connue à Beijing ou en Inde dans les grandes villes, mais à Paris, c’était une première. La dernière interdiction de circuler à Paris date de 1997. Ceux qui n’ont pas accepté l’interdiction ont été verbalisés. Ils ont dû payer une amende de 22 Euros.

Mais la circulation alternée, aide-t-elle à diminuer la pollution ? Les experts ne peuvent pas donner de réponse claire. Certains disent que les émissions émanant des nouvelles centrales électriques au charbon venant d’Allemagne sont responsables de la pollution. Néanmoins, il est évident qu’il faut agir en conséquence. Les particules fines ont des répercussions sur la santé.  Elles causent des difficultés de respiration et provoquent des démangeaisons. « Bien sûr, il faut limiter les efforts physiques en période de forte pollution. Il vaut mieux privilégier les pistes cyclables et les petites rues plutôt que les grands axes routiers », précise Charlotte Songeur.

Un avantage : Les rues parisiennes ne sont pas autant fréquentées que d’habitude et on trouve même des places parking au centre ville. Beaucoup de gens ont recours  au vélo mais même là, il faut faire attention à sa santé.
La situation est grave mais aussi intéressante si bien que certains prennent en photo ce phénomène nouveau.

 

source: lemonde.fr, dnr.fr



Laisser un commentaire