Author: | Category: Technologie et Logistique |

 La compétitivité des transporteurs

Pourquoi un tel « désamour » pour le transport routier ?

Les enquêtes et études menées régulièrement sur ce sujet mettent en avant plusieurs éléments qui expliquent les difficultés de recrutement et le manque d’intérêt général pour les métiers du transport de marchandises. Le secteur pâtit d’une mauvaise image de marque qui ne s’améliore pas malgré les efforts constants de la profession. La sous-représentation des femmes pénalise les employeurs qui ont accès à un vivier de candidats forcément réduit. La pénibilité du travail et l’absence prolongée du domicile familial font partie des critiques à l’égard du métier de conducteur de poids-lourds, en particulier pour la longue distance. Et ce constat se matérialise dans tous les pays européens.

Quelles conséquences pour les transporteurs et les chargeurs ?

Cette pénurie de main d’œuvre a pour conséquence directe une hausse des coûts d’exploitation pour les transporteurs avec une répercussion inévitable des tarifs pratiqués aux chargeurs. En 2018, les coûts de rémunération et de frais de déplacement ont largement dépassé le taux de l’inflation en France. Même si certains voient dans les camions autonomes une solution à cette problématique, elle ne sera pas résolue à court terme. La compétitivité du TRM est donc bien au cœur de ce nouvel enjeu. Et la concurrence entre transporteurs se déplace sur d’autres terrains que le commercial.

Comment attirer et fidéliser les conducteurs ?

Voici le nouvel enjeu stratégique des transporteurs, et indirectement des chargeurs, clients du transport routier. En France, 67 % des entreprises du TRM déclarent vouloir recruter. 25 000 postes seront à pourvoir en 2019. Elles doivent alors rivaliser d’ingéniosité et utiliser des techniques de marketing pour attirer cette nouvelle cible qu’est le salarié compétent et fidèle ! Pour cela, elles proposent des formations certifiantes, elles valorisent leur marque employeur, elles améliorent la qualité de vie au travail et développent la valeur ajoutée pour rester compétitives.