Author: | Category: Circulation |

L’histoire de TIMOCOM commence tôt le matin sur le parking d’un discounter alimentaire allemand à Düsseldorf. En cette semaine de 1997, des ordinateurs de bureau sont vendus et le transporteur Jens Thiermann en a bien besoin pour son projet de start-up informatique. Il s’est fixé pour objectif de développer une plate-forme européenne pour l’attribution d’ordres de transport, grâce à laquelle les expéditeurs et les transporteurs peuvent trouver des chargements à court terme, réduire le nombre de kilomètres à vide et obtenir ainsi une meilleure utilisation de leurs véhicules.

TIMOCOM stand 2002

De la start-up au leader européen et marque internationale. Voici une photo du stand TIMOCOM 2002 à Düsseldorf.

« Tout a commencé lorsque j’ai cherché une plate-forme européenne de passation de marchés de transport afin de réduire les trajets à vide de mon entreprise de transport. Mais je n’en ai pas trouvé une qui réponde à mes besoins », explique Thiermann. En collaboration avec des partenaires commerciaux, Thiermann a bricolé pendant des mois un logiciel pour sa propre bourse de fret. Et finalement, le moment était venu : le fondateur de Timocom Soft- und Hardware GmbH a appuyé sur le bouton de démarrage et observé comment la bourse de fret et de véhicules Truck &amp ; Cargo, fraîchement lancée, se remplissait d’offres.

Il s’agissait maintenant d’étendre le réseau de la nouvelle bourse de fret et de permettre à la logistique de se numériser, car même les modems étaient encore un terrain inconnu à ce moment-là. « C’était un sentiment de joie absolue, de soulagement et en même temps l’annonce d’une grande responsabilité – même si à l’époque nous ne savions pas encore comment tout allait se dérouler », raconte Jens Thiermann lorsqu’il y repense aujourd’hui.

Des avantages mesurables donnent des ailes à la bourse de fret

La bourse de fret était ce que le transport routier en Europe attendait depuis l’invention du fax. Car elle apportait des avantages mesurables. Son entreprise doit aux applications de TIMOCOM un gain de temps de 80 % dans les processus, déclare Wilhelm Dallmann, client de la première heure avec la société Dallmaco Speditionsges. mbH. Après quelques années seulement, la jeune entreprise TIMOCOM a ouvert des sites en Pologne, en République tchèque et en Hongrie afin de mieux desservir les marchés clés d’Europe de l’Est, et a dépassé la barre des 10 000 clients.

Aujourd’hui, l’entreprise compte plus de 50.000 clients avec plus de 147.000 utilisateurs de systèmes dans 46 pays européens. Chaque année, ils effectuent le nombre incroyable de 1,5 milliard de consultations de fret dans le système. Et depuis longtemps déjà, TIMOCOM ne se contente plus d’initier des transactions, mais travaille à la numérisation de l’ensemble du processus de transport.

« Notre vision est un monde sans défis logistiques », explique Tim Thiermann. Le fils aîné du fondateur a repris la direction de l’entreprise en 2019 avec Sebastian Lehnen. L’entreprise informatique est donc désormais dirigée par la deuxième génération. Et les nouveaux chefs d’entreprise se sont fixé pour objectif non seulement de perpétuer l’entreprise familiale et la bourse de fret, mais aussi d’en faire la place de marché la plus importante et la plus sûre du secteur FreightTech. « Pour cela, nous investissons environ 100 millions d’euros rien que dans la recherche et le développement d’ici 2030 », explique Tim Thiermann.

20 pour cent d’économies de CO2 grâce aux applications numériques

L’un des domaines d’investissement est la durabilité, qui a gagné en importance dans tous les secteurs au cours des dernières années. Les applications numériques et les bourses de fret jouent un rôle particulier dans la réduction des émissions de CO2 dans la logistique. Plus de 20 % d’émissions de CO2 par kilomètre parcouru peuvent être économisés grâce à l’utilisation d’applications TIMOCOM, comme l’a montré une étude – tout en augmentant le taux d’utilisation de la flotte de 30 %.

Prochainement, les clients de TIMOCOM pourront calculer leur propre empreinte carbone via la place de marché. « En collaborant avec une jeune entreprise innovante, nous aidons nos clients à rendre visibles les économies de CO2 réalisées dans leur parc de véhicules », explique Tim Thiermann.

Le potentiel du transport routier de marchandises est énorme. En effet, le secteur des transports est le plus gros émetteur de CO2 en Europe, et le transport routier de marchandises en représente un quart. Parallèlement, un camion sur cinq roule à vide. La nécessité d’une utilisation efficace des ressources est donc aussi actuelle aujourd’hui qu’en 1997.