Auteur : | Catégorie : Circulation |

En France, 6 millions de camions sont tous les jours sur les routes afin de transporter des marchandises d’un point A à un point B. Ces camions circulent en France intra-muros ou direction l’Espagne, par exemple, un pays voisin, tout comme l’Italie, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne. La plupart du temps, les chauffeurs-routiers sont seuls ou ont un auto-stoppeur pour seule compagnie. Parfois, des amis, connaissances ou parents accompagnent afin que les trajets ne soient pas trop monotones.

Victor Clément, diplômé en management à Rouen en France aurait été content de pouvoir profiter de ce genre d’occasion il y a quelques mois. Les trajets en train sont coûteux. En voiture, plus d’une heure pour un tel trajet et le seul créneau horaire dans le cadre d’un covoiturage aurait été à 6h30. C’est la solution qu’il a épousé. Il a serré sur les dents. Et c’est durant ces longs trajets qu’il a réalisé combien de camions traversent la france. Un covoiturage serait donc possible ! Et il n’était pas le seul à le penser. Beaucoup de ses connaissances pensent que les trajets avec les transports en commun sont beaucoup trop chers pour les étudiants.

Une nouvelle idée de commerce ! Peu de temps après, il a fondé la plateforme « We Truck ». La version bêta devrait arriver sous peu sur le marché. Chacun peut y trouver une solution. La plateforme propose des places dans des véhicules de 3,5 à 44 tonnes. Le prix du trajet sera de dix cents par kilomètre. La plateforme « We Truck » prend une petite commission et le reste est pour la société de transport.

Quelques journaux ont déjà parlé de « We Truck » et beaucoup de sociétés de transport se sont manifestées auprès des étudiants. Ainsi, les entreprises peuvent gagner un peu d’argent. Les avantages sont les suivants :

  • Amélioration de l’image de l’entreprise
  • Des meilleurs conditions de travail et une sécurité accrue
  • Des trajets plus adaptés
  • Des revenus supplémentaires

Comment améliorer la sécurité et son image ? Très simplement : Un accident se produit la plupart du temps quand un chauffeur-routier est fatigué selon les assurances. Avec un peu de compagnie, le risque est réduit. L’image du secteur du transport et des chauffeurs-routiers s’en voient améliorées. On apprend à les connaître à partir d’un autre angle. Les chauffeurs-routiers sont très bien formés et se conforment aux pauses réglementées ainsi qu’aux divers facteurs régissant la sécurité : le camion peut être localisé.

Les régions rurales sont intéressantes pour les passagers. De plus, les camions peuvent rouler à tout moment et à toute heure sauf en période de jour fériés ou les dimanches tandis que les bus ou trains doivent respecter certains horaires.

Viktor Clément continue d’optimiser ce système pouvant encore être amélioré : « Je voyage régulièrement avec des chauffeurs-routiers et suis en contact avec des transporteurs afin de comprendre comment ils s’organisent. »



Laisser un commentaire